• Facebook
  • Google+
  • Print Friendly
  • Twitter

Toutoune fait partie des valeurs sûres de la pétanque malgache.

Le ciel redevient bleu entre Toutoune et la Fédération Malgache de Pétanque qui ont finalement trouvé un accord à l’amiable sans doute assorti d’un paiement d’une amende dont personne ne veut dévoiler le montant, mais que Dame rumeur évalue à 5 millions d’ariary.

Toutoune de son vrai nom Zoël Alhenj Tonitsihoarana a convié la presse pour faire publiquement son mea culpa dans cette affaire qui l’oppose à la Fédération Malgache de Pétanque qui l’a d’ailleurs sanctionné de cinq années de suspension. Une lourde sanction qui a fortement compromis la carrière de ce bouliste d’exception qui est à lui seul, capable de faire trembler toute la crème française en enlevant les Masters de 2014 pour ensuite finir en finale de l’édition d’après.

Sursis de deux ans. Pour sauver ce qui peut encore l’être, Toutoune a publiquement demandé pardon à la fédération non sans faire remarquer qu’il a été induit en erreur par d’autres personnes et qu’on ne lui reprendrait plus à ce jeu-là.

Un accord à l’amiable a été alors trouvé, puisque la fédération l’a gracié, mais de sources concordantes faisaient mention d’un sursis de deux ans, sans doute parce que la confiance ne régnait pas totalement entre les deux parties ou plutôt du côté du président Béryl Razafindrainiony.

On ne pense pas en effet qu’après une telle sanction et devant l’inertie du ministère des Sports, Toutoune va encore s’amuser à dire du mal de cette équipe fédérale qui venait de rempiler pour un nouveau mandat. Comme il fait de la pétanque sa vie, Il sait plus que tout autre où vont ses intérêts. Pour ne citer qu’un seul exemple, ses gains individuels lors de la victoire aux Masters 2015 ont rapporté 4 900 euros.

Intérêt mutuel. Mais autant le dire l’intérêt est mutuel, car la Fédération a aussi besoin de Toutoune pour redorer ses blasons fortement ternis par une élimination trop précoce aux championnats du monde en doublette au Belgique où Ram’s et Jean ont été éliminés aux huitièmes. Fafah et Tatie n’ont pas également franchi le cap des quarts de finale en doublette et en tête à tête pour Fafah.

On notera cependant la victoire de Ram’s face à Lacroix, le pointeur de service de l’équipe de France par 13 à 5. Un exploit que le bouliste attribue à un très bon coaching de Dolys Randriamarohaja qui connaît mieux que quiconque les atouts et les faiblesses du Français qui a montré des signes d’énervement. Et on comprend bien pourquoi…

Clément RABARY

Source: Midi-Madagasikara du 03/05/2017.