Catégorie : Société

Akamasoa : « Casino world community » vient en aide à l’équipe du père Pedro

L’association humanitaire du père Pedro a fait retrouver, depuis sa création en 1989, à plusieurs milliers de démunis de la Grande Ile le sens de la dignité et la sensation d’une humanité perdue à l’écart de la société. La foi de ce religieux argentin lui a permis en quelque sorte de soulever des montagnes et de bâtir ces centres  qui permettent à ces gens de travailler, de se nourrir, de se soigner et de scolariser leurs enfants. Le résultat des efforts entrepris par l’équipe du père Pedro est remarquable et les aides venues du monde entier permettent à cette dernière de continuer et de pérenniser son action. Le dernier donateur en date est le « casino world community », l’organisation du groupe Casino s’occupant d’actions humanitaires. 2 000 euros offerts. Akamasoa fait partie des sept associations dans le monde que « casino world community » a décidé d’aider. Il a donc fait parvenir un chèque de 2 000 euros qui a été remis hier matin au père Pedro par Mr Johny Dupuis, le directeur du magasin de Jumbo Score. Cet hypermarché de la capitale est affilié à la chaîne des grandes surfaces de la chaîne Casino. C’est au milieu des enfants d’une des écoles primaires du centre qu’a eu lieu une cérémonie particulièrement émouvante. « C’est à ces merveilleux bambins que vous apportez l’espoir d’une vie meilleure. Plus que tous les mots, leurs sourires...

Lire la suite

Mahajanga : La Ville sous les eaux

  Plus de 1 500 sinistrés, trois fokontany sous les eaux : Fiofio, Ambalavola et Tsararano Nosikely. C’est le bilan de deux jours de pluies dans la ville de Mahajanga. La cité des Fleurs n’est pas épargnée par le passage d’Alida, une depression tropicale qui a apporté beaucoup de pluies. Pour se déplacer, les habitants sont contraints de marcher dans l’eau qui arrive jusqu’au genou. Et pour le ravitaillement, l’on a remarqué une longue file, toujours dans l’eau. A Fiofio, 203 familles ont été logées dans l’EPP du quartier. Hier, le chef de Région Said Ahmad était sur place pour apporter aide et soutien : cinq sacs de riz et des cartons de savon. A Ambalavola où on compte 121 familles sans abri, le premier responsable de la ville a également offert des sacs de riz, des savons ainsi que des flacons de « sur’eau » éventuellement pour avoir de l’eau potable. Pour leur part, les sans-abri de Tsararano Nosikely, au nombre de 400, sont groupés à l’Ecole Privée Mirindra. Ils ont également bénéficié de cinq sacs de riz, des savons et du sur’eau. Dans ce quartier, l’eau a envahi plusieurs maisons. Pour l’instant, on ne déplore aucune perte en vie humaine ni de blessés. Pourtant, les responsables craignent le pire, à savoir l’arrivée des diverses maladies si des précautions ne sont pas prises dans l’immédiat. L’eau véhicule toutes les saletés pour les déposer...

Lire la suite

Madagascar dans l’œil du cyclone au propre comme au figuré

Madagascar est dans l’œil du cyclone, au propre comme au figuré. Le pays est effectivement sous la menace d’une catastrophe climatique  générée par les éléments de la nature en train de se déchaîner en ce moment, mais il est également sur le point de se déliter sur les plans économique et social. Les malheurs qui s’abattent sur les populations les plus vulnérables de la société malgache n’engendrent pour l’instant  que des récriminations et ne débouchent sur aucun mouvement de révolte coordonné. Le spectacle de ces dizaines de milliers de pauvres gens qui s’entassent dans ces tentes mis à leur disposition interpelle certainement la conscience des autorités malgaches, le président de la République et le Premier ministre en tête, mais l’impuissance qu’elles manifestent devant  la souffrance des sinistrés montre la gravité de la situation. Ces derniers sont condamnés à endurer stoïquement ces épreuves qui s’abattent sur eux. Les paroles de réconfort  qu’a adressées le chef de l’Etat aux personnes réfugiées à l’abattoir d’Andohatapenaka  n’amoindriront certainement pas l’inconfort des lieux où ils sont parqués. Cette souffrance qui est en train de s’accumuler ne s’exprime  que « mezzo voce », mais elle pourrait se transformer en mouvement de colère violente si des esprits malintentionnés venaient à l’attiser. Nous ne sommes heureusement pas arrivés à ce stade, mais le climat est de plus en plus délétère. Madagascar dans l’œil du cyclone au propre comme au...

Lire la suite

Rues de Tanà : Début timide des réfections

Quelques tronçons de rues commencent à être réhabilités, mais les  travaux qui restent à réaliser pour redonner aux rues d’Antananarivo un aspect correct, sont gigantesques. Le chantier est tellement vaste à Antananarivo en termes de réhabilitation des infrastructures routières, que les quelques travaux de réfection qui débutent dans plusieurs quartiers, sont vus comme une goutte d’eau dans la mer. Il n’en demeure pas moins que chaque nid de poule comblé fait déjà la différence au milieu du chaos de la circulation. A preuve, la réfection d’un tronçon de 5m à Ivandry a déjà permis de fluidifier légèrement la circulation à cet endroit, du moins aux heures d’affluence moyenne. Il reste encore à réhabiliter trois autres tronçons, respectivement à environ 150 m, 200 m et 400 m plus loin, pour que la circulation sur cet axe vers Analamahitsy retrouve son flux normal. Car l’état des rues dans ce quartier est à l’origine des embouteillages qui ralentissent de plusieurs heures les automobilistes tous les soirs, parfois jusqu’à Ankorondrano et Antanimena. La situation est encore plus inextricable par temps de pluie, les chaussées étant inondées sous plusieurs dizaines de centimètres d’eau par endroits. D’autres chantiers de réfection et d’élargissement des rues sont observés à plusieurs endroits, tels à Andrefan’Ambohijanahary. Les usagers en attendent de nombreux autres pour redonner à la capitale un semblant d’ordre dans la circulation.  Car les grands travaux de remise...

Lire la suite
  • 1
  • 2

Partenaires

Catégories

Livres à pétanque

Pin It on Pinterest