La pétanque malgache revit. Après une prestation en demi-teinte aux derniers Masters de France, les boulistes malgaches reprennent goût à la vie en s’offrant les titres de champion d’Afrique en triplettes, puis le concours de tirs de précision par l’inévitable Toutoune.

Madagascar champion d’Afrique 2017 de pétanque ! Mieux encore le camp malgache prend aussi le bonus du concours de tirs de précision par le biais du revenant Toutoune sorti à peine de deux années de suspension infligées par la Fédération Malgache de Pétanque.

La patte de Dolis. Un très beau doublé qui confirme si besoin est de la suprématie des boulistes malgaches sur l’échiquier africain.

  • Facebook
  • Google+
  • Print Friendly
  • Twitter

Toutoune Champion d’Afrique de Tir 2017.

D’abord en triplette, l’équipe malgache composée de Toutoune, Yves, Glou et Ny Havana a fait parler la poudre d’entrée de jeu en terminant en tête du groupe D. Aux quarts de finale, cette équipe entraînée par le vice-champion du monde d’Izmir, Dolis Randriamarohaja, a écarté le Tchad puis la Côte d’Ivoire en demi-finale. Un succès qui porte d’ailleurs la patte de ce dernier avec ce que cela suppose d’expérience, comme ce fut le cas lors du sacre mondial de l’année dernière au Palais des Sports de Mahamasina.

On ne change pas… En finale où les choses se sont un peu compliquées devant des Tunisiens soutenus par un public très chauvin, Toutoune et ses amis ont dû s’employer pour ravir la finale.

La veille, Madagascar fut confronté à la même situation au concours de tirs de précision quand Toutoune affrontait en finale un Tunisien. Mais d’un calme olympien et surtout soucieux de rattraper le temps perdu, Toutoune n’a pas tremblé pour s’offrir son premier titre de champion d’Afrique. Une performance rassurante à plus d’un titre car elle remet sur orbite le bouliste le plus redouté du camp français pour avoir remporté les Masters en 2015.

Et ce sera mieux ainsi car après cette belle démonstration, Madagascar s’est aussi qualifié pour le Mondial de 2018 en Belgique. Un autre pari à tenter sauf si le président Béryl Razafindrainiony trouverait encore un moyen de changer une équipe qui a gagné.

Clément RABARY

Source: Midi-Madagasikara du 11 septembre 2017.