La route à 1,6 milliard fait des ravages jusqu’à Madagascar”.C’est le titre du nouvel article consacré à la NRL publié par Mediapart ce mardi.  Après un article sur la corruption mis en ligne en septembre dernier, le journal s’intéresse cette fois aux dessous de l’importation des roches malgaches pour approvisionner le chantier jugé “titanesque”.

Un “cauchemar environnemental” 

ambokatra
  • Facebook
  • Google+
  • Print Friendly
  • Twitter

Inquiet des “ravages”, le journaliste de Mediapart craint que l’importation ne se transforme “en cauchemar environnemental” pour Madagascar. En effet, la carrière d’Abokatra, décrite comme un “trou grand comme deux terrains de football et profond de 45 mètres”, ne peut fournir que 220 000 tonnes de roches.

85 carrières supplémentaires seraient ainsi nécessaires selon ses informations pour produire les roches nécessaires, ce qui provoquerait un bouleversement du paysage malgache. D’autant plus que les riverains doivent supporter les ballets des camions de nuit et les diverses dégradations.

“Un pillage de ressources”

L’article rapporte de plus l’avis du président du Collectif pour Madagascar, Philippe Andiatavy, pour qui l’endroit n’a pas vocation à servir à approvisionner l’étranger en roches mais à fournir la région de Tamatave en gravier et en sable. “Lorsqu’une multinationale paie seulement 0,5 % de taxes alors qu’elle se sert du sol malgache pour construire une route à La Réunion, j’appelle cela du pillage de ressources”, affirme-t-il dans des propos relayés par Mediapart.

L’aspect sanitaire est également évoqué. L’article dévoile les doutes de Christian Avellin, le directeur général de la Société du port autonome de Tamatave (Spat), quant à l’efficacité du processus de lavage par l’eau de mer alors que “la mission première de ces bateaux pompiers est d’éteindre les incendies de navire”. Deux bateaux ont été engagés pour arroser les galets.

Source: Zinfos974 du Mercredi 10 Février 2016.